Les différents types d’accouchement

Si tu es une future maman, la question du type d’accouchement que tu vas vivre t’es sûrement déjà venue en tête. Pas facile de se retrouver dans ce flot d’informations… pour t’aider, on a rencontré Amandine Scheffer, sage-femme à Préverenges (entre Lausanne et Morges). Nous aborderons avec elle les différents lieux et types d’accouchement, afin que tu puisses choisir en toute sérénité.

Les différentes méthodes d’accouchement

Lorsque l’on pense à l’accouchement, on a souvent l’image de la femme couchée sur le dos, les pieds dans les étriers. Depuis 50 ans, les méthodes d’accouchement ont cependant bien évolué. L’époque où, en tant que future maman, tu n’avais pas vraiment ton mot à dire est bel et bien révolu. Aujourd’hui, il existe différentes méthodes et différents types d’accouchement. À toi de choisir ce qui te parle le plus.

En hôpital ou en clinique privée

L’accouchement en milieu hospitalier est la méthode la plus pratiquée pour le moment. C’est compréhensif: des médecins et des sages-femmes t’entourent, et tu as rapidement accès aux soins médicalisés. En général, ces accouchements se font de manière assez “classique”, c’est-à-dire couchée sur le dos.

Presque la totalité des hôpitaux ou des cliniques privées en Suisse disposent aujourd’hui de baignoires. Cet outil permet souvent de soulager le travail. En effet, l’eau chaude va te permettre de te détendre et de soulager un peu cette sensation de pesanteur.

“Beaucoup de mamans apprécient prendre un bain avant le travail, car cela leur permettent de détendre les muscles entre les contractions. Cet outil est généralement accessible dans la plupart des hôpitaux.” – Amandine Scheffer

Si tout se passe bien durant le travail, tu as également la possibilité d’accoucher dans l’eau (selon ton hôpital). Outre les avantages cités plus haut, cela te permet également de trouver une position agréable pour toi. Il faut cependant savoir qu’un accouchement dans l’eau écarte la possibilité d’avoir une péridurale. Tous les hôpitaux ne l’acceptent pas forcément, tu dois donc te renseigner au préalable.

Certains hôpitaux ou cliniques possèdent également des chaises spécialisées. Elles ont un trou central, te permettant d’accoucher assise. Cela dépend vraiment de ton ressenti et de tes envies. N’hésite pas, lorsque tu visites un hôpital, de leur demander quelles sont les positions dans lesquelles il est possible d’accoucher. En effet, les choses évoluent vite et chaque établissement peut te proposer des méthodes d’accouchement différentes et adaptées à tes besoins.

En maison de naissance

La maison de naissance peut être une bonne alternative pour si tu souhaites un type d’accouchement naturel. Comme il n’y a pas la possibilité de faire une péridurale, tu vivras et ressentiras tes contractions du début à la fin. D’après Amandine Scheffer, les mamans adoptent généralement des positions de manière instinctives. En effet, tu te mettras automatiquement dans la position qui te convient le mieux. Le rôle de la sage-femme est également de te guider dans cette étape. Elle s’adapte et suit tes mouvement. Elle peut également te proposer différentes positions pour débloquer le passage du bébé. C’est vraiment à toi de ressentir les choses: à quatre pattes, sur le dos, sur le côté ou assise.

Si la méthode de l’accouchement en maison de naissance t’intéresse, il faut néanmoins te préparer un peu en avance. Après le choix de l’établissement, tu feras connaissance avec l’équipe de sage-femmes. Cela leur permettra de te connaître afin d’éliminer les facteurs de risques. En effet, tu dois correspondre à certains critères puisque les maisons de naissance n’ont pas d’infrastructure médicale.

Le mieux est de te rapprocher de la maison de naissance qui t’intéresse, qui elle s’occupera de voir si tu es éligible à cette méthode d’accouchement. Des jumeaux, une pathologie ou un bébé trop gros t’empêchera d’effectuer un accouchement dans une maison de naissance.

Notre conseil

Si tu ne sais pas quelle méthode choisir, rapproche-toi de ta sage-femme. Elle pourra te conseiller en fonction de tes valeurs et de ton état de santé globale.

Les différentes méthodes antalgiques

La péridurale est la méthode analgésique la plus connue. Cependant, toutes les mamans ne désirent pas en avoir. D’autres méthodes, moins connues du grand public, sont également accessibles.

Les électro-stimulateurs

Cette méthode s’appelle le TENS. Ce sont des électro-stimulateurs que l’on va venir mettre en bas de ton dos. Ce programme spécifiquement conçu pour la douleur va venir court-circuiter les voies d’informations de celle-ci afin que la contraction paraisse moins forte.

L’acupuncture

L’acupuncture peut permettre de soulager les douleurs lors du travail. Cela permet également d’aider au relâchement du col de l’utérus, et favoriser la descente du bébé sans effets secondaires particuliers.

Les dérivés de morphine

Parfois, le corps n’est pas encore tout à fait en travail. Des contractions déjà douloureuses ont lieu, mais il n’est pas encore l’heure pour la péridurale (si tu souhaites en avoir une). Dans ce cas-là, il existe des dérivés de morphine qui sont actifs pendant 2 à 4 heures (selon comment la personne résorbe le produit).

La péridurale

C’est la méthode la plus connue. À notre époque et en tant que future maman, on te consulte en avance pour savoir si la péridurale est envisageable pour toi. Si ce n’est pas le cas, la sage-femme ne te l’induiras pas durant ton travail. Cependant, tu as tout à fait le droit de changer d’avis en cours de route.

On te rassure: les péridurales ont bien évolué. Il est maintenant possible de marcher avec (avec le soutien de son/sa partenaire ou d’une potence à perfusion). Il n’est pas rare de voir une maman se mobiliser après sa péridurale. Cela dépend bien évidemment de la dose administrée. Le personnel soignant essaye dans tous les cas de ne pas la mettre trop tôt, la mobilité étant très appréciée pour faciliter l’accouchement.

Amandine Scheffer, sage-femme à Préverenges (entre Lausanne et Morges)

LE MOT DE L'EXPERTE

Amandine Scheffer

Il faut voir toutes ces différentes méthodes comme des étapes. En général, on essaye de commencer petit à petit: on propose à la maman d’aller marcher pour entretenir la mobilité du bassin et faire descendre le bébé. Progressivement, on va proposer des méthodes de plus en plus efficaces: le TENS, la baignoire puis éventuellement la péridurale, si la maman le veut.